Lettres à Ysé de Paul Claudel, lecture par Daniel Mesguich

Lettres à Ysé. Daniel Mesguich lit Claudel
Lecture présentée par Didier Alexandre et Florence Naugrette
Jeudi 9 mai 2019, 18h30
1 heure 

Ysé et Prouhèze, héroïnes de Partage de midi et du Soulier de satin, ont pour modèle Rosalie Vetch, femme mariée et déjà mère que Claudel a « passionnément aimée », et qui joua dans sa vie « tout le rôle qu’une femme pouvait y jouer ». Rencontrée sur un bateau pour la Chine en 1900, elle lui fait découvrir l’amour. De leur liaison de 4 ans naît une fille. Du contact repris en 1917 jusqu’à la mort de Rosalie en 1951, il nous reste la trace des lettres que lui écrivit Claudel, publiées en 2017 par Gérald Antoine chez GallimardService Culturel de Paris Sorbonne et Centre d’Étude de la Langue et des Littératures françaises (CELLF)

Gratuit sur inscription obligatoire : http://www.culture-sorbonne.fr/agendaculturel/evenements/lettres-a-yse
Amphi Richelieu (accessible aux personnes à mobilité réduite)
17, rue de la Sorbonne 75005 PARIS 

Olivia Gazalé invitée des chemins de la philosophie sur France Culture

Les chemins de la philosophie (vendredi 15 mars à 10h) sur France Culture

La philosophie, cocaïne de la pensée

« On ne vend pas un produit en vendant un livre, ça va bien au-delà… C’est ce que ça va générer comme résonance auprès du lecteur, c’est un produit presque impérissable. Parfois on peut faire une lecture à 15 ans qui va marquer à vie, ou écouter une conférence qui peut transformer votre vie ou décider d’un destin, c’est mon cas, j’ai décidé de devenir philosophe en une heure ,en écoutant un cours de philosophie… Je n’ai pas tout compris mais ce dont j’étais absolument persuadée c’était qu’enfin je n’étais plus seule, que d’autres gens s’étaient posés les mêmes questions, et certaines donnent le vertige. La philosophie m’a donné quelques outils, c’est la métaphore que j’aime utiliser : face à des problématiques philosophiques on est face à l’Everest, il faut grimper vers quelque chose de toujours plus complexe et la philosophie donne des points d’appui, des prises. La philosophie stimule la pensée, c’est la cocaïne de la pensée !    « 
Olivia Gazalé