Programme 2018-2019

Le matin de 9h30 à 11h30, animé par Bertrand Vergely
Au cours du XVIIème siècle, alors que la bourgeoisie prend le pouvoir, Molière dépeint les changements qui s’opèrent. Son analyse est si fine qu’elle est non pas simplement du théâtre mais de la philosophie.

Le matin de 9h30 à 11h, animé par Michel Eltchaninoff
On pense que le transhumanisme est une affaire américaine. Ce n’est pas le cas. Rendre les hommes immortels et coloniser l’espace. Contrôler les processus cosmiques, libérer la puissance de l’esprit. Ces projets ont été formulés et servis par des penseurs et des savants en Russie et en URSS. Cette aventure, baptisée cosmisme, est aussi fondamentale pour l’histoire récente de la Russie que méconnue en Occident.

 

Le matin de 11h30 à 13h.
Six conférences animées par les membres de la rédaction d’Hermès.

 

Avec la « révolution de l’information » chaque question semble trouver sa solution à portée de clic. De l’organisation des connaissances à la traduction automatique, des villes connectées à l’humain augmenté, partout la même promesse : les difficultés de la communication humaine seront résolues par les progrès de la communication technique…

 

Le matin de 11h30 à 13h, animé par Roger-Pol Droit

 

La philosophie est-elle uniquement une invention grecque ? Oui, disent les Modernes. Les Grecs de l’Antiquité, au contraire, considèrent comme philosophes bien des penseurs « barbares ». Jusqu’à quand ce jugement s’est-il prolongé ? Pourquoi et comment s’est-il évanoui ou transformé ?

 

L’après-midi de 14h15 à 15h45, animé par le Général François
Lecointre et Monique Castillo

 

L’âge démocratique demande au militaire de mettre la guerre au service de la paix, d’user de la force pour interdire l’impunité de la violence, de donner sens à la vie des générations futures contre la mort infligée aux générations présentes. L’État, l’armée et la société civile commencent une nouvelle histoire et font face à de nouvelles responsabilités, régionales et internationales

Contenu d’accordéon

 

L’après-midi de 14h15 à 15h45, animé par Michaël Fœssel.

 

On associe souvent la sagesse à l’indifférence entendue comme la capacité de ne pas se laisser influencer par le monde, par le temps et par les autres. Du héros stoïcien imperturbable à la douleur du sage hégélien que rien n’étonne plus, on rencontre une galerie de personnages d’autant plus raisonnables qu’ils ont établi une distance avec les évènements. D’où vient cette association entre la raison et l’insensibilité ? Pour résister, aujourd’hui, à la société du spectacle, faut-il retrouver le chemin antique de l’ataraxie ?

 

L’après-midi de 16h00 à 17h30, animé par Heinz Wismann

 

La pratique des langues s’accompagne dans la tradition européenne d’une interrogation sur leur origine, leur nature et leur destin ultime. En croisant ces deux approches, historique et spéculative, voire théologique, on cherchera à dégager le sens des évolutions actuelles.

L’après-midi de 16h00 à 17h30, animé par Jean-Michel Le Lannou
Que nous présente une œuvre d’art ? Le sensible pleinement affirmé, libéré de toute restriction. Peinture, musique ou sculpture, en leur puissance abstraite, de manière radicale donc, diffèrent de tout représentation du réel. Chacune en son ordre, produit une œuvre enfin délivrée du sens, une réalité libre de la fonction référentielle. À quoi, avec l’artiste, aspirons-nous ? À jouir enfin de ce qui ne s’enferme plus dans la déficience signifiante, par là même à l’intensification du visible

Contenu d’accordéon

Le matin de 09h30 à 11h00, animé par Olivier Dhilly
La montée des populismes nous alarme alors même que nous voyons comme un progrès l’extension de la démocratie. Faut-il y voir une contradiction, une peur du peuple, une haine de la démocratie ou sa perversion ?

Le matin de 09h30 à 11h00, animé par Jacques Darriulat
En ce temps-là, le triomphe des sciences humaines avait substitué, à l’inconditionné de la métaphysique, le relativisme des conditions. Lacan fit entendre une autre voix, qui rétablissait dans l’absolu l’instance du vrai. Aux yeux d’une génération entre deux mondes, il apparut comme le maître possible d’une refondation éthique.

Le matin de 11h30 à 13h00, animé par Charles Girard
La crise environnementale a substitué à la rhétorique du progrès celle du développement durable. L’humanité doit trouver de toute urgence les moyens d’une évolution pérenne et équitable. Le sens de cet impératif est toutefois disputé. Quelles sont nos obligations éthiques ? Comment concilier entre elles ces exigences et leur conférer une efficacité politique ?
 

Le matin de 11h30 à 13h00, animé par Monique Castillo
Gérer le matériel humain ou motiver l’action des hommes ? Une interrogation sur les légitimations éthiques, intellectuelles et culturelles du techno-pouvoir.

L’après-midi de 14h15 à 15h45, animé par Étienne Klein

et Francis Wolff
Examen de quelques questions de physique actuelle à la lumière de quelques problèmes de métaphysique inactuelle.

L’après-midi de 14h15 à 15h45, animé par Charles Pépin

et Pierre-Henri Tavoillot

« Que tout ce qui est lourd devienne léger, que tout corps devienne danseur, tout esprit oiseau », demandait Nietzsche. D’un côté – culpabilité, honte, remords…- la mémoire nous pèse. De l’autre – souvenir, apprentissage, littérature…- elle nous élève et nous libère. Penser l’homme comme l’animal qui se souvient, c’est se demander comment ce qui est lourd peut devenir léger.

Contenu d’accordéon

L’après-midi de 16h00 à 17h30, animé par Camille Tassel
Et si ce n’était pas « Je » mais « Ça » qui pensait ? Aliénation du soi ou libération du Moi, l’Inconscient serait-il folie propre à la psychanalyse ou défi adressé à la philosophie ?

L’après-midi de 16h00 à 17h30 animé par Laurence Devillairs
Le siècle de Louis XIV et de Versailles est aussi celui de Molière et de Pascal. Entre tragédie et comédie, le XVIIe siècle est l’âge d’or de la pensée en France : l’homme part à la découverte de l’univers et de lui-même. Ce cycle invite à explorer toutes les dimensions de ce siècle, pour mieux comprendre ce que nous lui devons.