PROGRAMME

CYCLE THÈME CONFÉRENCIERS
1 La peinture hollandaise au siècle d’or Jacques Darriulat
2 Les nouvelles promesses de la science Etienne Klein
Jean-Pierre Bibring
Jean-Michel Besnier
Lionel Naccache
Tarik Chekchak
3 Pourquoi la musique ? Francis Wolff
4 La décision : philosophie et neurosciences Charles Girard
Stefano Palminteri
5 Monique Castillo
Philippe Herzog
6 Roger-Pol Droit
7 Heinz Wismann
8 Le temps des philosophes, d’Aristote à Heidegger J.M. Le Lannou
9 Les pères grecs et l’avenir Bertrand Vergely
10 L’homme sur la terre : démographie, migrations, frontières… Hervé le Bras
Michel Foucher
C. Wihtol de Wenden
Michel Puech
Thierry Paquot
Jean-Joseph Boillot
11 Comment penser la justice dans un monde globalisé Olivier Dhilly
12 Les grands témoins d’un monde en mutation Luc Ferry
Marcel Gauchet
André Comte-Sponville
Pierre Henri Tavoillot…
13 Sortir de soi Charles Pépin
Monique Castillo
14 Les (més)aventures de la vérité Michel Eltchaninoff
15 Philosophie de la physique Marc Lachièze-Rey
16 Le paradoxe de la virilité Olivia Gazalé


Cycle 1 : le matin de 9h30 à 11h

La peinture hollandaise au Siècle d’or
Jacques Darriulat

Au XVIIe siècle, les Provinces Unies s’affranchissent définitivement du joug espagnol. La foi catholique – celle des occupants – est minoritaire, et la religion de Calvin dominante. L’art de la peinture connaît alors un véritable âge d’or. Pourtant, le Réformateur ne fut-il pas l’ennemi le plus radical du culte des images que l’on célèbre à Rome ? Le paradoxe ne serait-il qu’apparent ?

19 septembre 2017 – La terre et les hommes

La terre plate, conquise sur la mer, ouvre le paysage à l’immensité et accorde au ciel, lourd de nuages, la plus grande partie du tableau.

3 octobre (à l’Arlequin) – Le portrait
Simples bourgeois, fiers de leur peuple… En apparence du moins : sous le masque de la bonhommie, le peintre sait voir la misère qui fait la grandeur de notre condition.

17 octobre  – La nature morte
Vanité de la peinture et peinture de vanités : on n’a jamais mis en scène, avec autant de magnificence, le théâtre fallacieux du visible.

14 novembre – L’intérieur
Une mère pèle une pomme pour son enfant. Il ne se passe rien, sinon le temps qui passe, ou nous qui passons dans le Temps.

28 novembre – Rembrandt
L’homme est une braise, un tison à sa naissance, une flamme qui se lève ou vacille le long du chemin, grésille enfin puis se dissipe dans les ténèbres.

12 décembre – Vermeer
Une jeune fille rêve à la fenêtre et reçoit la lumière qui inonde l’intérieur. Le Temps, arrêté, ouvre une brèche sur l’éternité. Ce monde est parfait.

REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 2 : le matin de 9h30 à 11h

Les nouvelles promesses de la science
six conférences, cinq penseurs

Portées par la pensée des Lumières, la science promettait de domestiquer la nature et d’améliorer la condition humaine. Mais après deux guerres mondiales, Tchernobyl, la prise de conscience écologique et les questions éthiques, la science est remise en cause, suspectée du pire. Que cherchent les scientifiques d’aujourd’hui? Quel monde nous préparent-ils ?

26 septembre 2017Etienne Klein – Le futur existe-t-il déjà dans l’avenir ?
De la notion de progrès à celle d’innovation. À quoi travaillent les chercheurs aujourd’hui ?

10 octobre 2017 : Tarik Chekchak – Le biomimétisme

Apprendre de 3,8 milliards d’années de recherche et développement en durabilité. Le biomimétisme, c’est observer la nature pour accélérer l’innovation

7 novembre 2017 : Jean-Michel Besnier – L’intelligence artificielle

Utopie ou scénario catastrophe ? Les machines peuvent-elles remplacer les humains et imposer une société automatique ?

 

21 novembre Jean-Michel Besnier – La médecine connectée
La technologie va-t-elle modifier les critères de la santé ? Vers l’équilibre de l’organisme ou la recherche infinie d’un bien-être total ? La médecine connectée conduira-t-elle au patient numérique ?

5 décembreLionel Naccache – Les neurosciences
Réflexions neuroscientifiques sur la globalisation et la communication dans la société. Analogie avec les phénomènes cérébraux.

19 décembre – Jean-Pierre Bibring – L’exploration spatiale
Que cherchons-nous dans l’espace ? Qu’est-ce que l’exobiologie ?

REVENIR AU PROGRAMME



Cycle 3 : le matin de 11h30 à 13h

Pourquoi la musique ?
Francis Wolff

Partout où il y a de l’humanité, dans toutes les cultures, les sociétés, chez tous les enfants du monde, il y a de la musique. Comment expliquer cette universalité anthropologique pour un mode d’expression si abstrait et qui a pourtant tant d’effets concrets ? Le propos sera illustré musicalement par de nombreux exemples, empruntés à tous les genres musicaux

19 septembre 2017 – Qu’est-ce que la musique ?

Comment passe-t-on d’un monde simplement
sonore à un monde musical ?

3 octobre (à l’Arlequin) – La musique et le corps
Pourquoi la musique nous fait-elle marcher, danser ?

17 octobre La musique et les émotions
Pourquoi la musique semble parfois triste ou gaie ?
Et pourquoi nous émeut-elle ?

14 novembre – La musique parle-t-elle de quelque chose ?
Souvent la musique semble nous dire quelque chose.
Mais quoi ? Est-ce indicible ?

28 novembre –  La beauté en musique
Parfois, la musique nous semble simplement belle. Mais d’où vient cette impression ?

12 décembre –  La musique et les autres arts
Partout où il y a de l’humanité, il y a de la musique, mais aussi des images et des récits. Quel rapport entre ces différents arts ?


REVENIR AU PROGRAMME



Cycle 4 : le matin de 11h30 à 13h

La décision : philosophie et neurosciences
Charles Girard et Stefano Palminteri

La décision est, pour la philosophie, le lieu où s’exprime la raison pratique. En délibérant, nous espérons pouvoir décider pour le meilleur. Les progrès des neurosciences remettent toutefois en cause cette vision de la rationalité humaine, en révélant les biais irrationnels qui influencent nos décisions. Comment se forment nos choix individuels et collectifs ?
La décision rationnelle n’est-elle qu’un mythe ? Quelles conséquences en tirer pour l’action politique ?

26 septembre – Charles GirardUn mythe philosophique ?

Délibération, décision, action. Le modèle aristotélicien.

10 octobre – Charles Girard Décider efficacement
La délibération pratique. La théorie du choix rationnel

7 novembre- Stefano Palminteri – Irrationalité des individus
Le cerveau, organe de la décision. Les biais cognitifs.

21 novembre – Charles GirardDécider ensemble
La théorie des jeux. La délibération collective.

5 décembre – Stefano Palminteri – Irrationalité des groupes
La sagesse des foules. La polarisation de groupe.

19 décembre – Charles Girard – Orienter la liberté de choix ?
La stratégie du « coup de pouce ». Le danger du paternalisme.

REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 5 : l’après midi de 14h15 à 15h45

Refonder le projet européen
Philippe Herzog et Monique Castillo

Passé, présent, avenir : comment rouvrir l’histoire ?

 

19 septembre 2017 : Défi culturel et projet politique

Conférence de Philippe Herzog.

3 octobre (Arlequin) : Transformation du système économique
Conférence de Philippe Herzog.

17 octobre – Monique Castillo – : Une identité futurible
Europe et Occident.
Les appels à l’esprit européen face aux crises.
L’humanité européenne.

14 novembre – Monique Castillo – : Quelle politique pour une construction
juridique ?
Le modèle culturel kantien d’une Société de Nations.
La solidarité abstraite de citoyens post-nationaux en
question. Repolitiser la politique : le droit, plus la confiance.

28 novembre – Monique Castillo – : La résilience créatrice
L’Europe des génies européens.
L’héroïsme de la raison.
L’Européen est l’homme de la contradiction créatrice.

12 décembre – Monique Castillo   La route de l’histoire
Les racines et les vocations de l’Europe
Lire l’histoire comme une formation de soi commune ?
Orienter l’histoire vers l’avenir : de la raison
technique à la raison symbolique.

REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 6 : l’après-midi de 14h15 à 15h45

Aux origines de notre avenir, Voltaire et Rousseau
Roger-Pol Droit

Leurs oeuvres incarnent deux conceptions opposées de l’humain, de l’histoire, du progrès, du politique. Et donc de la philosophie, comme des manières de vivre. Cette fracture des Lumières se poursuit encore dans nos débats actuels engageant l’avenir, de l’écologie au transhumanisme..

 

26 septembre – Une coupure au coeur des Lumières
Par-delà la relation personnelle mouvementée
des deux penseurs, des clivages philosophiques
majeurs les séparent.

10 octobre L’artificiel ou l’authentique
Où se tiennent le vrai, le bon et le bien ? Dans le
factice, humainement fabriqué ? Ou dans ce qui
existe par soi-même, donné par nature ?

7 novembre – Culture ou nature
Ce clivage artificiel-authentique débouche sur des conceptions antagonistes de l’évolution des sociétés comme de leur avenir souhaitable.

21 novembre – L’esprit ou le cœur
Au centre du conflit, la philosophie elle-même : est-t-elle affaire d’esprit (Voltaire), ou affaire de coeur (Rousseau) ? Quel est au juste le sens de cette question ?

5 décembre – Quelle tolérance ? Quelle éducation ?
Les politiques religieuses, éducatives, culturelles découlant de la pensée de Voltaire contrastent durablement avec celles s’inspirant des oeuvres de Rousseau.

19 décembre – Deux avenirs inconciliables ?
La fracture est toujours perceptible dans les
débats sur l’écologie, le multiculturalisme ou la
médecine. Est-elle destinée à s’approfondir, ou à
s’amoindrir ?

REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 7 : l’après-midi de 16h à 17h30

La France et l’Allemagne : regards croisés
Heinz Wismann

Les peuples allemand et français sont le produit d’un long processus historique de polarisation des critères d’identité et d’appartenance. En retracer les principales étapes permettra d’appréhender l’un des ressorts essentiels de l’aventure européenne

19 septembre – Un décalage historique
Les critères d’appartenance. Le territoire. L’Etat.

 

10 octobre – Le rôle des langues
La fin des dialectes. La langue de la cour et le Hochdeutsch.
Règles syntaxiques et modes de communication.

7 novembre – Le clivage confessionnel
Réforme protestante et Contre-Réforme catholique.
Stratégies de salut et socialisation.
Identité collective et conscience de soi.

21 novembre – Les principes d’éducation
Maîtrise des codes et authenticité expressive.
Le débat sur le droit de mentir.
Discipline et transgression.

5 décembre – Les conceptions de la culture
Le rapport à la nature.
Culture et civilisation.
La création artistique.

19 décembre – Les deux nations aujourd’hui
Monarchie élective et régime fédéral.
L’administration. L’économie.

 REVENIR AU PROGRAMME



Cycle 8 : l’après-midi de 16h à 17h30

Le temps des philosophes, d’Aristote à Heidegge
Jean-Michel Le Lannou

Le temps constitue notre plus intime expérience : avant nous, en nous, spontanément, il nous précède, enveloppe et emporte. Mais qu’est-il ?
Par lui tout semble apparaître et disparaître. Quelle puissance a-t-il sur la réalité ? Nous tenterons, avec les grandes oeuvres de la tradition philosophique, si ce n’est de le ressaisir, du moins de le réfléchir.

26  septembre – Aristote, la nature du temps
La mesure du mouvement.
La contingence et le temps de l’action humaine.

3 octobre (à l’Arlequin) – Stoïciens, la connexion des temps
Le temps aliéné de la passion. La confiance dans le destin.

17 octobre – Kant, La subjectivité du temps
La forme pure de la temporalité.
Le temps, marque de notre finitude.

14 novembre – Hegel, Le temps de l’histoire
La raison gouvernant l’Histoire.
La fin du temps.

28 novembre – Bergson, Temps et durée
Le temps quantifié de l’action.
La durée comme Absolu.

 

12 décembre – Heidegger, La temporalité pure
Le temps de l’existence.
L’avenir indéterminé.


REVENIR AU PROGRAMME


 Cycle 9 : le matin de 9h30 à 11h

Les pères grecs et l’avenir
Bertrand Vergely

Étonnante vision des Pères Grecs de la tradition chrétienne. Quand on entreprend de vivre spirituellement, l’intelligence se transfigure et la vie s’ouvre sur des perspectives inimaginables.


16 janvier – Le logos johannique
Par principe, le Verbe.
De la lumière aux ténèbres.
Résurrection et apocalypse.

30 janvier –(à l’Arlequin) – Denys l’Aréopagite
De la croix à la théologie apophatique.
Vie et raison éminente.
La hiérarchie angélique.

13 février – Saint Jean Chrysostome
Connaissance et transcendance.
Connaissance et immanence.
Incarnation et inconnaissable.

13 mars – Saint Grégoire de Nysse
De l’eschatologie à la force vitale.
Irénée de Lyon et la vocation de l’Homme.
Jean Scot Érigène et le dynamisme cosmique.

27 mars – Maxime le Confesseur
L’ouverture au monde symbolique.
Église et mystagogie.
La liturgie cosmique.

10 avril – Saint Grégoire Palamas
Quel humanisme ?
Les énergies incréées.
La vie mystique.


REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 10 : le matin de 9h30 à 11h

L’homme sur la terre
six conférences, six auteurs

Les premiers Homo sapiens seraient apparus sur la terre il y a 200 000 ans. La population mondiale est passée de 1,6 milliards d’individus en 1900 à 7 milliards en 2011.
En 2025, 5 milliards d’hommes vivront dans les villes. Les frontières se multiplient, les murs se dressent, les migrations s’amplifient, le climat inquiète, l’écologie est devenue une question centrale. Le XXIème siècle sera-t-il africain ?


9 janvier –
Hervé Le Bras- La démographie
Évolution et perspectives pour le XXIe siècle.

23 janvier – (à l’Arlequin) – Michel Foucher – Les frontières
Le retour des frontières conduira-t-il à un
monde borné ou à des limites ouvertes ?


6 février –
Catherine Wihtol de Wenden – Les migrations
La nouvelle donne migratoire dans le monde.

6 mars – (à l’Arlequin) – Michel Puech – L’anthropocène
Ecosystèmes et technosystèmes aujourd’hui

20 mars – Thierry Paquot – Planète urbanisée
Une humanité presque entièrement urbanisée. Mégalopoles, non-campagnes et biorégions urbaines.
Comment œuvrer pour l’esprit des villes ?

3 avril – Jean-Joseph Boillot L’Afrique
Berceau et avenir de l’humanité ?
40% de la population mondiale sera africaine à la fin du siècle. Dernier continent émergeant, il doit affronter des défis majeurs.


REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 11 : le matin de 11h30 à 13h

Penser la justice dans un monde globalisé ?
Olivier Dhilly

Si la justice a été abordée essentiellement jusqu’au 20ème siècle à travers la question du meilleur régime politique et de la souveraineté, la mondialisation contemporaine a fait émerger à nouveaux frais la question des inégalités. Comment désormais penser une théorie de la justice ? Comment penser son application face aux obstacles et défis qu’elle rencontre ?

16 janvier – Le nouveau problème des inégalités
Du meilleur régime à la théorie de la justice.
Si la démocratie reconnaît l’égale liberté et dignité de chacun, comme éviter que les inégalités ne menacent le contrat social ?

 

30 janvier – (à l’Arlequin) – Rawls et la naissance des théories de la justice
La théorie de la justice de John Rawls : troisième voie entre communisme et démocratie libérale. Un consensus réfléchi entre égalité libérale des droits et égalité communiste des situations.

13 février – Le débat entre libéraux, communautariens et libertariens

Pour ou contre Rawls ?
Faut-il préférer un État minimal ou un État moral ?


13 mars – La question du développement

Quels principes de justice entre les États riches et les États pauvres ? Restaurer un débat éthique dans les sphères économiques et sociales.

27 mars – La justice transitionnelle

De l’Afrique du Sud aux Printemps arabes : penser la justice après la violence. Les phases de transition sont-elles révélatrices des valeurs portées ?
10 avril – Perspectives et problèmes
Comment peut-on penser un dialogue interculturel ?
La question de la reconnaissance.
Les critères culturels face à la globalisation.

REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 12 : le matin de 11h30 à 13h

Les grands témoins d’un monde en mutation

Pour fêter nos 20 ans et rester à l’écoute du monde, nous avons donné carte blanche aux grands penseurs d’aujourd’hui, en leur posant une seule question : que vous inspire l’avenir ?

 

19 septembre, 17:30-18:30 – Luc Ferry
« La révolution transhumaniste ».

9 janvier – Marcel Gauchet
« L’Avènement de la démocratie » (IV).
Le nouveau monde.

23 janvier (Arlequin) – André Comte-Sponville – Mondialisation et civilisations
Le « conflit des civilisations », réel ou prétendu, pose 2 questions de fond,
politiquement très incorrectes mais philosophiquement décisives :
« Toutes les civilisations se valent-elles ? » ; Que reste-t-il de l’Occident chrétien quand il n’est plus chrétien ?

6 février – Pierre-Henri Tavoillot – Qui est le peuple en démocratie ?
A.Lincoln définit la démocratie comme le « Gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Mais qui est ce peuple ? Comment le diriger alors qu’il faudrait le suivre ?

6 mars – à confirmer

20 marsPierre-Henri Tavoillot – Les âges de la vie de l’homme augmenté
L’individu hypermoderne serait-il voué à vivre –du berceau à la tombe- contre son âge ?
Ce bouleversement va-t-il être accentué par les innovations technologiques ?
Les âges de la vie auront-ils encore un sens à l’âge du transhumanisme ?

REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 13 : l’après-midi de 14h15 à 15h45

Sortir de soi
Monique Castillo et Charles Pépin

« … Je revendique de n’être pas seulement moi »


16 janvier –
Monique Castillo – Les douleurs du désir
En-deçà de soi. Le tourment intérieur des conflits, de la culpabilité et des frustrations. Les mythologies fondatrices de nos destins.

30 janvier (Arlequin) – Monique Castillo – Que veut la vie en moi ?
Un élan vital recréé par sa continuelle reviviscence. Dans le mystère de symboles, la vie devient culture. La plénitude de l’exister : s’interpréter.

13 février – Monique Castillo – Les forces de l’esprit, c’est nous-mêmes
Au-delà de soi. Ce qui est autocréation est esprit.
Dans le fini se signifie l’infini.

13 mars – Charles Pépin Le sujet comme être relationnel : l’intersubjectivité
Sortir de soi dans la relation.
De l’autre hors de moi à l’autre en moi.
L’invention de soi dans la relation.

27 mars – Charles Pépin – Une philosophie du sujet
Le sujet autonome – Kant.
Le sujet en quête de son objet – Hegel.
Le sujet comme désir – Lacan.

10 avril – Charles Pépin – S’éclater
L’éclatement du moi dans l’expérience esthétique.
Le trouble amoureux.
L’expérience mystique.

 


Cycle 14 : l’après-midi de 14h15 à 15h45

Les (més)aventures de la vérité – Michel Eltchaninoff

Nous vivons à l’époque des théories du complot et de la « post-vérité ». Dans le même temps, jamais l’injonction d’authenticité et de transparence n’a été aussi forte. Comment comprendre ce brouillage ? En examinant les conceptions philosophiques de la vérité et le lien qu’elles entretiennent avec leurs avatars contemporains.

9 janvier – Brève histoire de la vérité
De Platon à Derrida, en passant par Thomas d’Aquin et Spinoza, nous verrons que définir la vérité n’est pas si simple.

23 janvier – à l’Arlequin – La fin de la fin des idéologies
Comprise par Hannah Arendt comme la « logique
d’une idée », l’idéologie est loin d’avoir disparue.
Sur quoi reposent son attraction et sa puissance ?

6 février – Ombres de la transparence, mensonges de
l’authenticité

Les idéaux de transparence et d’authenticité sont-ils une exigence éthique ou une injonction totalitaire ?

6 mars – à l’Arlequin – La vérité est ailleurs. Épistémologie du complotisme.
La théorie du complot n’est pas née avec internet.
Mais le réseau en démultiplie les effets. Quels en sont les mécanismes ?

20 mars – Vivons-nous en régime de post-vérité ?
Depuis le Brexit et l’élection de Donald Trump, la « post truth politics » est sur toutes les lèvres. S’agit-il d’une nouveauté ?

3 avril – Que signifie « dire la vérité » ?
A l’époque des médias sociaux et de la remise en question du journalisme traditionnel, cette formule a-t-elle encore un sens ?

REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 15 : l’après-midi de 16h à 17h30

Philosophie de la physique – Marc Lachièze-Rey

« De la science sans épistémologie – pour autant que cela puisse être envisagé – c’est du primitif et du confus », a écrit Einstein. De fait, toutes les branches de la physique sont imprégnées de métaphysique et d’épistémologie.
Chaque discipline, chaque concept, soulève des questions de portée philosophique.

16 janvier 2018- Les dessous métaphysiques du monde
Y a t-il une philosophie de la physique ?
Les réalités du monde : Lois, théories et modèles.
La déraisonnable efficacité des mathématiques en physique

30 janvier (à l’Arlequin) : Le vide et l’espace
L’éther d’Aristote, le vide de Pascal et l’espace de Newton.
Les avatars du vide. Ressentons-nous l’influence du vide ? Espace absolu ou relatif ?

13 février – Matière et lumière
Continuité ou discontinuité, ondes ou particules ?
Masse visible et masse cachée.
La vitesse de la lumière. L’invention des photons.

13 mars – Une philosophie pour la physique quantique ?
Einstein et Bohr : peut-on connaitre la réalité du monde ?
Peut on localiser la matière et les rayonnements ?
Le monde est-il déterminé ?

27 mars – Le fini et l’infini, Cosmos et Univers
Aristote et le cosmos fini. De la puissance de Dieu à la
plénitude du Monde. Petits et grands infinis, nouvelles géométries.
Que nous disent les modèles de big bang ?

10 avril – Temporalités : du temps à l’espace-temps
Galilée et Newton : l’invention du temps physique.
Les flèches du temps. Causalité et déterminisme.
Nous vivons tous dans l’espace-temps.

REVENIR AU PROGRAMME


Cycle 16 : l’après-midi de 16h à 17h30

Le paradoxe de la virilité
Olivia Gazalé

La virilité est-elle en crise ? Et si le malaise masculin ne provenait pas tant des victoires féministes que de l’effondrement du mythe guerrier de la toute-puissance ?
Analyse d’un concept fascinant, qui nous conduit du chasseur préhistorique à l’électeur de Donald Trump, en passant par l’éphèbe grec, le moine médiéval ou le « surhomme » nazi.

9 janvier – La virilisation du monde

Supériorité du principe mâle et partage du cosmos.

23 janvier – à l’Arlequin – On ne naît pas viril, on le devient
Devoir de virilité et dressage des corps masculins.

6 février – Homme / Surhomme / Sous-homme
Grandeur, décadence et dérives du mythe guerrier.

6 mars – à l’Arlequin –  Virilité et puissance phallique
Homophobie et hantise de l’impuissance.

20 mars – Virilité et sublimation
Qui est le plus viril, du moine ou du libertin ?

3 avril – Le crépuscule de la virilité ?
La nostalgie viriliste.
Réinventer les masculinités hors des injonctions
normatives.

REVENIR AU PROGRAMME